Messagers autour du monde
Connexion & Inscription
Participez à l'aventure
Le 23/01/2015 à 04H06, Argentine

Une dernière folie !

Jour 333 -  Jeudi 22 Janvier

Rada Tilly – Puerto Madryn : 600 kms

Le Def est comme les enfants… il nous a surement dit « allez un dernier coup » , il voulait parler de la piste bien entendu. Et comme Pierre n’est pas un garçon contrariant voulant toujours faire plaisir et qu’en plus il aime bien prendre des risques (une petite drogue) , pourquoi ne pas aller à Camarones pour voir les manchots par la piste et non par la route touristique. Une petite dernière folie de voyage en somme ! Mais l’histoire ne s’est pas trop bien passée, on a bataillé plus de cinq heures à chercher notre chemin, à être brinquebalé, à s’enliser et les choses auraient pu mal se terminer… Récit d’une journée sans manchot mais avec des souvenirs passionnants !

10 heures ce matin, après avoir scanné et envoyé les derniers documents pour le transport du Def, nous décidons de partir pour Camarones. Martin n’a jamais vu de manchot et comme notre route de retour ne passe pas très loin de la réserve naturelle, nous avons décidé de faire une petite visite à nos amis les oiseaux. Le Def lui en avait marre de l’asphalte et tous ces kilomètres, aussi on a voulu lui faire plaisir aussi, et en avant le bord de mer et les pistes. Le petit « hic » est que notre carte nous indiquait que le chemin que l’on voulait prendre était coupée sur 20 kilomètres. La cartographie GPS elle, était plus optimiste et nous montrait que c’était possible !

Nous voilà donc confiant à l’assaut de notre dernier off-road du voyage ! Très vite après avoir demandé plusieurs fois notre chemin, tout le monde nous disait qu’il était quasiment impossible de passer là où nous souhaitions. Mais les avis étaient tout de même divergeants et comme il y a un Pierre tenace à bord, nous avons continué. La piste est devenu de plus en plus dure, un mélange de ripio, de sable, de dunes, de trous et de passages un peu techniques. Le paysage était surnaturel, des concrétions de roches, de très belles couleurs… un petit air de « Sud Lipez », la grandeur en moins ! La dernière personne que nous avons vu sur la piste nous a dit qu’il était impossible de passer par l’intérieur des terres et que la seule solution était de tenter la plage !

La marée montant, il ne fallait pas s’éterniser, mais très vite nous nous sommes rendus compte que c’était trop risqué car le Def commencer à patiner de toutes ces roues. Il aurait fallu dégonfler, engager le blocage de différentiel mais en cas de risque d’ensablement, nous étions trop seul dans cet endroit. Demi-tour donc à chercher un passage. Nous avons fini par trouver une autre piste mais là, les choses se sont un peu compliquées car la piste était de plus en plus dure et surtout il y avait de moins en moins de traces,  donc une navigation plus complexe.

Mais nous étions confiant quand même car nous approchions d’un hameau référencé sur notre cartographie. Hélas nous sommes tombé sur une propriété privé cadenassée de partout. Il y a avait bien des bâtiments mais tout semblait désafecté ! Demi-tour encore à chercher un passage. Après avoir tenté encore la plage et failli s’enliser, nous avons suivi le lit d’une rivière à sec avec des alluvions de partout. Impossible de bien avancer et en plus méandre après méandre nous nous éloignions de notre cible !

Après 50 kilomètres de bataille avec les éléments, il nous fallait faire demi-tour car visiblement personne n’est jamais vraiment passé par là. C’était dommage car le but de retrouver une piste plus facile n’était visiblement pas loin ! Mais voilà, en descendant d’une grosse ornière, nous avons planté durement la maison à roulettes. Pas fier de nous, nous avons commencé par sortir les plaques et utiliser la pelle (même la tienne Adrien !) mais rien n’y faisait et nous étions bien embêtés. Notre treuil aurait pu nous aider mais depuis la Bolivie il est en panne !

Là commence un grand moment de solitude… que faire ? De toute manière à part déclencher une balise, étant vraiment trop loin de tout, il nous fallait nous en sortir tout seul. On se remet donc à l’ouvrage, changeant tout de sens pour tenter de sortir par l’avant. Les roues arrière ont agrippé sur les plaques puis après un grand saut, les roues avant ont pris l’adhérence… nous voilà sorti d’affaire après plus d’une heure de bataille. Grand ouf de soulagement et très vite nous avons repris notre chemin de retour. Nous avions croisé à l’aller une carcasse toute rouillée de Jeep qui avait du abandonner le chemin, nous n’aurions pas aimé voir le Def dans un même position des années plus tard ! Mais notre « cube «  étant en alu, il n’aurait pas rouillé !!!

On peut toujours tirer les conclusions d’une affaire et c’est vrai que nous avons peut être surestimé nos capacités. Pourtant, nous avons fait demi-tour quand il le fallait, le plantage a été du à une erreur d’inatention dans le choix de l’endroit où passer. Evidement sur cette histoire, être à deux voitures aurait été génial car nous sommes sur qu’il y avait bien un passage quelque part (la plage ?). Ce soir, nous avons regardé notre chemin avec un image satellite. En fait, la rivière n'était pas une bonne issue, nous avons bien fait de faire demi-tour.  Impossible de passer par la propriété privée... la plage était la seule issue, à deux voitures on aurait pu oser, mais seul, impossible !  En tout cas, cela aura été le pire endroit off road de notre voyage… on termine donc sur une bonne note ! Le Def est un peu cassé, fatigué, mais content ! Par contre mon ami, terminé le vagabondage, maintenant il faut rester sage pendant les derniers 2000 kilomètres qui nous reste !

Pas de manchot, Martin… la route touristique est trop longue avant la nuit. Nous nous retrouvons donc ce soir à Puerto Madryn dans une des meilleures pizzaria de notre voyage ! Un belle récompense pour les estomacs mis à rude épreuve toute la journée ! Nous bivouacons sur la plage, un endroit sympa, nous verrons exctement demain, au jour, car nous sommes arrivés trés tard !

A demain, promis … sur l’asphalte !!!

Pas trop de photos aujourd'hui... nous étions visibement trés occupés et soucieux !

Les trois fous !

 

La petite trempette matinale du Def !

Petit échauffement sur la plage. Il y en a eu besoin !

La plage de Rada-Tilly, la plus grande de Patagonie !

Ce ne serait pas les traces du Def par hasard ?!

C'est là que tout a commencé !

Une côte sauvage, personne à l'horizon ...

Tout commence par une piste convenable et des paysages somptueux !

Des airs de Sud Lipez, la montagne en moins ! 

Une solitude à presque faire peur !

 Premier demi-tour sur la plage, ça n'accroche pas très bien avec le mix cailloux sable !

Des cordons de dunes à passer !

En voilà un de passé !

Oups le Def ne va pas finir comme cette Jeep quand même ? Ca fait peur !

Des passages de plus en plus délicats !

On attaque à présent le lit d'une rivière !

Et voilà le plantage ! 

Une position pas très bonne, de la boue et un effondrement devant !

Une heure après... enfin sortis !

Le Def prêt à rouler de nouveau ... ouf !

Image satellite de notre position de demi-tour par rapport à notre but ... 4 kilomètres seulement ! 

Position du plantage dans la rivière et nos recherches de la piste !

On retourne sur le haut des falaises...

Pour admirer la grande bleue ! Quelle journée !* 

 

Magnifique plantage !!!De mémoire nous n'avons jamais fait mieux... Ecrit par le ninou le 23/01/2015 à 08H42
C'est vrai, celui là était au top !
Mais on s'en serait passé... trop loin de tout celui là ! Ecrit par admin le 23/01/2015 à 08H54
Assurer la sécurité sur les derniers kms ....l'attention se relâche...le matériel fatigue ...l'homme aussi...
A très bientôt à Ares les Amis Ecrit par Christian Bretagne le 23/01/2015 à 09H36
Magnifique plantage ! sans doute , mais "irresponsable " ....heureusement un peu de chance et beaucoup de dépense physique et d'inquiétude certainement. Tenter le " diable " si loin de tout ?
Heureusement le Défendeur est solide , et même sur 3 pattes il ne vousa pas décus. restez tranquilles le tempa qui reste jusqu'à Montévidéo , le Défendeur a besoin d'être au rendez-vous en temps voulu et pierre aussi le 2 février au matin . bonne route aujourd'hui; Ecrit par lateste le 23/01/2015 à 09H44
  Connectez-vous pour commenter